Comment permettre à nos relations de s'améliorer

L’extraordinaire aventure de la relation humaine

Comment faire de la relation une source de bonheur

comment améliorer ses relationPendant longtemps la relation face aux autres ou à l’autre me paraissait difficile, compliquée, mais petit à petit, en comprenant mieux la nature humaine j’ai pu vite réaliser que finalement elle constituait pour chacun d’entre nous la plus fantastique des aventures.

Mais pour cela, il est indispensable de comprendre que dans les relations, c’est un peu comme en cuisine, certains vont être capables de réaliser des choses extraordinaires avec très peu et très peu de moyens, alors que d’autres, malgré tous les instruments, même les plus modernes, dont ils peuvent disposer, se trouveront incapables d’accomplir même un plat très ordinaire.

Nos relations peuvent être en effet une source de grandes difficultés, mais aussi une chance inouïe de réaliser le meilleur de soi-même, à condition bien sûr de comprendre que derrière cette réalisation, il existe tout un état d’esprit qui s’acquiert.

Je n’ai bien sûr pas la prétention de vous donner toute la recette dans cet article tant le sujet sur la relation est complexe, mais en prenant mon ordinateur sur les genoux j’ai pensé que ce sujet méritait d’être traité avec une attention toute particulière.

Video séminaire sur la relation

S’il y a une réussite dont je peux être fière dans mon existence, c’est d’être parvenu à faire de chacune de mes relations une source d’accomplissement et de bonheur. Seulement pour parvenir à une telle réalisation il m’a fallu accepter de passer par un grand nombre de remises en question, ce que peu de gens malheureusement sont prêts à consentir dans les faits.

Ce que vous devez comprendre en premier si vous voulez avoir des relations épanouissantes …

C’est que le problème ce n’est JAMAIS l’autre, ce n’est pas vous non plus, c’est seulement votre façon de penser, de voir, de vous exprimer et d’agir.

Merci de respecter le travail et les droits de l'auteur

Toute reproduction même partielle de ces articles, sans autorisation de son auteur,  est un délit puni par la loi et vous expose à des santions

Vous allez sans doute me dire « oui, mais mon mari est un pervers narcissique (un mot très à la mode en ce moment) », « ma femme une hystérique », « mon patron un tyran » et je pourrai dresser une liste comme celle-ci à l’infini. Ma manière de voir l’autre n’y changera rien, ils sont ce qu’ils sont, que je leur adresse un sourire ou une grimace ne fait aucune différence. Et vous auriez parfaitement raison parce que le coeur du problème ne se situe pas dans la réponse que vous allez donner à l’autre ni dans sa capacité à changer ou pas, mais plutôt comment vous allez utiliser ce qu’est l’autre pour croitre et devenir un être plus libre et plus accompli.

Laissez-moi vous donner une image, que vous m’avez sans doute déjà entendue donner dans une de mes conférences, mais qui mérite bien d’être mise en exergue ici.

Une personne vous insulte. Il est fort probable que cette insulte réveille en vous une réaction qui sera, vous l’admettrez volontiers, différente d’une personne à l’autre. L’une ressentira de la colère, qu’elle exprimera ou non, une autre se sentira blessée, une autre éprouvera de l’indifférence et peut-être qu’une autre rira de cette attaque délibérée.

Vous admettrez avec moi que si l’insulte était responsable de votre réaction, elle induirait la même chez chacun. Seulement comme vous le savez déjà, pas une seule personne n’aura le même ressenti ni la même réaction. Alors pourquoi en voulons-nous tant à la personne qui nous insulte ?

Peut-être parce qu’elle nous a mis en contact avec nos propres réactions négatives. Involontairement, elle nous montre à quel point, finalement, nous ne sommes pas libre et que notre sérénité reste bien fragile.

En effet, qui crée la souffrance, qui nous prive de notre sérénité ?

comment trouver de bons amisSûrement pas l’insulte, sûrement pas la personne qui l’a proférée. C’est bien notre propre esprit qui vient perturber notre sérénité, c’est bien cette colère qui s’élève au sein de notre esprit, à ce moment précis, qui nous envoie directement en enfer. C’est bien cette émotion violente qui nous prive des ressources dont nous aurions justement besoin pour donner une réponse appropriée à la situation. Bref l’autre n’a été que le prétexte qui nous a mis en contact avec ce que nous portons en nous, et nul psychologue ne dirait le contraire, cette rencontre ne s’est pas faite par hasard.

« Le bourreau ne peut exister que s’il existe une victime à battre ». L’autre, tel qu’il est, existe dans notre vie parce qu’en nous existe un mode d’être qui lui donne le pouvoir d’exister. Dès que nous cessons d’être une victime, le bourreau n’a plus de raison d’être, il lui faudra trouver une autre victime.

L’autre, les autres et même les circonstances de votre vie vous donnent en effet l’occasion, d’une part, de vous montrer que vous n’êtes pas libre et d’autre part de connaitre la nature des évènements mentaux qui vous empêchent de l’être, qui favorisent les circonstances dans lesquelles vous vous trouvez.

Mais dans le cas d’une agression ??? Allez-vous me dire.

Je peux y répondre aisément puisque moi-même, dans une partie de mon existence, j’ai été plusieurs fois agressé. Je vous épargnerai bien sûr tous les exemples bien pires que les miens qu’ont connus certaines personnes lors des guerres (par exemple), sous forme de tortures et autre, de celles qui ont été violées, battues, etc. …

Nous allons voir toutefois que, quelle que soit l’intensité de l’agression, tout comme une insulte, personne ne réagit de la même façon et que le résultat que nous obtenons au bout de tout cela dépend d’un certain nombre de facteurs sur lesquels nous avons un réel pouvoir.

Imaginez qu’une personne vous menace d’un couteau. Vous avez deux solutions, faire face ou fuir. Dans ces cas-là, c’est plus difficile de discuter, mais parfois ça peut marcher. Si vous avez appris un art martial par exemple, vous allez pouvoir faire face, conserver votre sérénité et agir en conséquence. Mais si vous n’avez pas le réflexe des « bons gestes », vous risquez de ne pas être très approprié pour vous libérer de votre agresseur.

Bref, ce que j’essaie de vous dire, c’est que l’aboutissement de ces circonstances difficiles dépend de la maitrise que vous avez de votre corps, mais aussi de votre langage et de votre esprit.

Tous ceux et toutes celles qui ont vécu ce que l’on peut appeler l’horreur, on su transformer « le venin en remède » grâce à leur manière de penser, de voir, de s’exprimer et d’agir.

Comment rendre sa vie de couple heureuseJe ne vous parle pas de théorie. Comme vous sans doute, je trouve que la théorie ne vaut que si elle trouve son application dans le concret.

Ce que j’essaie de vous montrer ici c’est que l’aboutissement de ces circonstances malheureuses (en apparence) peuvent être considérablement influencées par votre réaction personnelle, que, selon l’angle sous lequel vous regardez un évènement vous aurez un résultat diamétralement opposé à ce que vous auriez pu obtenir avec un autre angle de vue.

C’est un point que vous devez profondément méditer.

Je ne vais pas vous faire ici tout un cours de développement personnel, seulement sachez que vous avez à votre disposition tout un tas d’outils qui peuvent réellement vous aider à changer votre manière de penser, d’agir et de vous exprimer pour faire de chacune des circonstances de votre vie une chance et non plus un malheur.

Votre façon de voir est réellement déterminante. Toutes les circonstances de votre vie ont toujours plusieurs angles de vue et vous pouvez choisir celui qui sera le plus profitable à votre réalisation.

Vos difficultés relationnelles représentent, si vous savez regarder sous le bon angle, une occasion unique de vous libérer définitivement de ces difficultés. Une personne se montre agressive à votre égard, sans le savoir, elle vous offre la chance de ne plus être vulnérable à ce genre de comportement, d’apprendre à vous affirmer davantage et trouver la bonne manière de vous positionner les prochaines fois où ça arrive.

Les faits sont les faits

Ce qui vous arrive, arrive et comme le traduit si bien le langage populaire, « ce qui est fait est fait », maintenant c’est ce que vous allez faire de ce qui vous arrive qui compte et non ce qui vous arrive ou vous est arrivé.

Nous ne pouvons pas toujours choisir ce que nous voulons vivre, mais nous pouvons choisir la façon de le voir et de l’appréhender et comme le dit si bien Haldus Huxley : « L’expérience, ce n’est pas ce qui vous arrive, mais ce que vous faites de ce qui vous arrive ».

La relation est une chance extraordinaire de se libérer de soi-même, je veux dire par là de ses zones d’ombres. La plupart du temps, et bien légitimement, nous voulons vivre la satisfaction dans nos relations, faire en sorte qu’elles soient systématiquement conformes à nos attentes, mais c’est tout bonnement irréaliste. Si parfois l’autre ou les autres collent parfaitement à nos désirs, la plupart du temps c’est tout le contraire. Mais malgré cela, indépendamment de leur volonté, ils nous donnent une occasion extraordinaire de nous enrichir, d’apprendre de nous et surtout de gagner en liberté et en autonomie.

Une personne vous insulte, certes, c’est particulièrement désagréable, mais cela vous offre aussi l’occasion de ne plus être sensible à ce genre de remarque, de rester parfaitement à l’aise lorsqu’une personne dans des circonstances similaires vous fait une telle remarque.

A vous de savoir tirer bénéfices de vos relations quelles qu’elles soient pour devenir un être meilleur, plus accompli, plus enclin à créer du bonheur en lui et autour de lui.


11 réflexions au sujet de « L’extraordinaire aventure de la relation humaine »

  1. Gabriella

    Bonjour Bruno, j’ai lu votre article avec un immense émotion.
    Pendant des années j’ai vécu avec quelqu’un qui m’a battu , humilié etc.
    Je connais les scènes avec les couteaux, marteaux, les cous-de -pieds, etc.
    Je ne pouvais rien faire que faire la morte , pour l’arrêter ses crises de nerf.
    Il m’a menacé de tuer ma fille si je le dénonce….
    Il faut me croire ce jeune homme j’ai voulu sauver de la rue et je n’avais que de
    bonnes attentions pour lui…mais rien n’ai marché c’est moi qui a finie à l’hôpital
    après 3 ans de torture …
    Bien sur je me suis remise en question mille fois , comment j’aurais pu sauver cet homme
    de sa souffrance , car même si étais réceptive à la souffrance du monde , j’avais toujours
    cet envie de sauver tous….c’était plus forte que mes problèmes personnels….
    Enfin , j’ai connu aussi le harcèlement par les mots plus tard…mais cette fois j’ai réussi
    changer l’attitude de cet homme qui me respect maintenant.
    Et ça grâce à votre Méthode , qui mes sert à me débarrasser de tout ce qui encombre
    l’esprit et qui me permet de voir les pièges de mental et qui me permet à accéder à une
    nouvelle façon d’aborder les multiples facettes de la vie.
    Je vous remercie chaque jour Bruno, que maintenant ma vie est une fête quoi qu’il arrive ,
    je ne me laisse pas envahir par les difficultés inévitables parfois.
    Le corps vieillit dans la souffrance, l’esprit dans sagesse …en tout cas depuis que je vous ai
    rencontré je ressens comme ça.
    Avec mes remerciement encore , je vous souhaite tout le meilleur…!
    Amitié
    Gabriella

    Répondre
  2. Bryan st-jacques

    Je regade cette lique qui flash sans savoir quoi dire..
    Je donnerais mon coeur a celui ou celle qui seraient
    le faire battre.
    je suis vide a intérieur….ce vide me noie a chaque jours.cette homme qui
    na pas choisi ,ce qui est.Ce mot, je le déteste et pourtant.
    Je suis le blanc dans sa noirceur.

    Répondre
  3. Adela

    Merci, Bruno!
    C’est vrai, j’ai exerce aussi des situations d’agression. La pire m’a determine de voir comme un film la grande scene d’humiliation qui m’etait servie. Je l’ai vecue, mais pas comme une victime, j’ai ete la spectatrice de la violence verbale, de la menace. J’ai vecu comme une dedublation: on parlait avec moi et je visionais tout cela comme s’il se passait a une autre, a la tele, ou au theatre par exemple. J’ai compris que cela est mon facon de reagir. Le defoulement, ca se passait plus tard, en intimite, en pleurant. Puis, j’ai evite la personne qui m’a provoque cet episod malheureux.
    Soyez sain et heureux!
    Adela

    Répondre
  4. Dominique

    Bonjour Bruno

    Votre méthode m’a aidée à transformer le venin en remède et de tout cœur je vous remercie.

    Dominique

    Répondre
  5. marie pascale

    Bonjour
    c’est très intéressant ce que vous dites. Si je comprends bien c’est tirer les leçons de chaque situation vecu qui est important. C’est vrai que personnellement après une insulte ou un désagrément j’ai souvent tendance à me refermer sur moi-même et surtout au contraire perdre confiance en moi.
    merci du conseil, j’essaierais d’en faire bon usage dans l’avenir

    Répondre
  6. Chris

    Merci Bruno. J’en suis au cycle deux de la méthode et votre article ainsi que la vidéo que j’ai pu visionner sur les relations avec les autres m’ont été d’une très grande aide et m’ont aidé à comprendre beaucoup de choses sur moi même et sur les autres. Avant, je me focalisais sur le comportement des autres et je leur en voulais de me faire du mal. Résultat, j’étais devenue amère, colérique et dépressive. J’ai connu des bourreaux dans ma famille (inceste, violence physique, verbale, rejet maternelle) à l’école (harcèlement d’un professeur et de certains élèves), amoureux (violence verbale, psychologique). J’ai développé une maladie auto immune suite à cela ou mon propre corps m’agressait! Aujourd’hui, je vais beaucoup mieux, mon corps est mon allié et il m’aide à guérir. Je suis plus sereine même si je sais qu’il me faudra du temps et beaucoup de pratique encore pour être libre, je suis beaucoup moins le jeu de mes émotions. Aujourd’hui, je n’ai plus envie de mourir mais de vivre! Je me sens plus proche de ma nature et de la nature. Et ma plus grande joie a été il y a deux mois quand en me baladant dans un parc avec ma chienne, je me suis fait verbalement agressée. Oui, je n’aurais jamais cru un jour dire ça mais j’en étais heureuse car je suis restée parfaitement sereine et que rien n’est venue perturbée cette sérénité après… J’ai même après coup pu comprendre la réaction de cette personne et avoir de la compassion pour elle. Je n’en croyais pas mes yeux!
    Merci pour tout ce que vous faites Bruno. Votre méthode m’a aidé alors que je n’avais plus d’espoir et elle continuera pour encore longtemps de m’aider et d’aider beaucoup de gens. J’espère un jour pouvoir vous rencontrer et vous le dire de vive voix. En attendant, bonne continuation et merci d’exister.

    Répondre
  7. nadia yahiaoui

    Bruno, merci pour ce sujet , les relations humaine et un grand sujet, vu dans notre société il y a un manque totale dans la communication et relation humaines , moi par exemple je trouve une grande
    difficulté pas avec les gens , mais avec mes vrais parents et ma mère adoptive, puisque j’étais adoptés
    par la tante de mon père, j’ai tout essayer pour que ma relation avec mes parent soit au beau fix, mais
    ça ne marche pas surtout avec ma vrai mère qui est froide avec moi, tant dit que mère adoptive elle est autoritaire, malgré ses 93 ans, et je les pris en charge pour ne pas la laisser seule, mon vrais père est affectueuse mais ne le montre pas , tout ça me fait très triste, et malheureuse, pourquoi j’ai de bonne relations avec tout le monde sauf mes parents , j’ai pensée que être diplomate avec mes parent , mais il y a toujours ce blocage entre ma vrai mère et moi, ainsi que mes sœur , mais mes deux
    frère sont très affectueux avec moi, je n’abandonne pas je vais chercher une autre manière , c’est une situation difficile pour moi , je reste positive et j’ai besoin de conseil merci beaucoup Nadia

    Répondre
  8. jeremie

    merci Bruno pour cet article qui me parvient au moment où je suis en train de m’écrouler face à ce genre de choses. en effet, ma fiancée a été victime d’une agression par notre voisine la plus proche lundi soir pendant que je n’était pas à la maison. elle est entrée chez nous pour bagarrer avec ma fiancé et a même causé des dégâts matériels. de mon retour après avoir observé les frustractions développées par ma fiancée, j’ai décidé de porter plainte contre cette voisine, ce qui a été fait. mais depuis ce jour, vu qu’elle a refusé d’onorer à la première convocation de la gendarmerie, je ne sais même plus quoi penser et quoi faire car, si rien n’est fait, je me dis qu’elle va continuer avec ce genre de comportement. ce sujet me rend un peu confus et me fait même écran pour l’assimilation et la mise en pratique de cet article. que faire?
    Mais je pense que je vais continuer à lire votre article et le faire lire à ma fiancée. Si non, merci infiniment pour ce cadeau, que ll’esprit infini de comble d’avantage de sagesse et d’intelligence pour continuer à aider les populations.
    excellante journée!

    Répondre
  9. Fayette Mavoungou

    Bonjour Proffesseur,

    J’ai lus votre article, sa m’a ouvert la compréhension sur mes rélations et renforcer encore ma confiance en moi, merci beaucoup…!

    Répondre
  10. quebec

    bonjour bruno,

    Eh oui les relations non humaines existent aussi! & c’est parfois notre intérioritée qui doit prendre le dessus,d’où l’importance d’un travail intérieure au quotidien comme la méditation entre autre…pour ma part ça m’a beaucoup aidée à prendre du recul sur les évènements & surtout de ne pas m’identifier à ce qui arrivent,d’ou la maîtrise des émotions,la confiance en ses valeurs & donner du pouvoir au présent ainsi qu’à notre paix intérieure.RIEN NI PERSONNE NE PEUX NOUS OTER NOTRE SERENITE INTERNE A MOINS QUE NOUS LE PERMETTIONS.TOUT EST « ESPRIT »cela nous appartient,ce n’est plus l’extérieure qui fait la pluie & le beau temps voilà à quoi je travaille!
    merci « BRUNO » article riche.
    belle semaine à tous!

    Répondre
  11. Agnès

    Merci beaucoup Bruno pour vos conseils. Depuis que j’ai pris connaisance de votre méthode, ma vie a complètement changé. Je sais maintenant gérer positivement mes émotions et mes réactions. Je comprends de plus en plus mon environnement familial, au travail.
    Je n’accuse plus l’autre. Je sais que mon bonheur dépendra d’abord de moi et non des autres.
    J’ai pu me procurer un de vos ouvrages grâce à um ami. Je le conseille aux autres et je le consulte souvent.
    Il est ma seconde bible.
    Que Dieu vous longue vie et force pour continuer à aider les gens à vivre leur vie en paix, une vie accomplie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *